Mes premiers crocs

23 janvier 2007

Le Tabac

Depuis des années considéré comme une drogue et utilisé par le pouvoir comme source financière puis privatisé pour la même raison, ce poison néanmoins vendu mais aujourd’hui à prix d’or devient responsable de l’exclusion d’une partie de la population. A qui profite l’industrie du tabac ? J’aimerai bien savoir à qui profite le crime car il y a crime tous nos « responsable » le disent.

On parle du pouvoir d’achat et on dit qu’il est stable voir certain qu’il augmente, Le tabac est un produit courant de consommation et contribue en grande partie à la diminution du pouvoir de vivre des citoyens.

Sachant que le tabac seul n’est pas responsable des dégâts causé par la cigarette mais quelques produits seulement sont coupables des morts du tabac. Les pouvoirs publics sont encore responsables de laisser des poisons mortels exister. C’est une des raisons de la privatisation de cette industrie. Les politiques d’un commun accord se sont lavés les mains, d’une possibilité de rendre le tabac moins dépendant et plus vivable pour tous. L’argent encore responsable d’une défection des hauts responsables de notre pays.

Nos politiciens ne font que colmater les blessures sans volonté de guérir. Les instances financières internationales dirigent tous leurs faits et gestes et elles ne laissent aucune place pour les êtres humains d’exister. Aucun politicien n’a de courage véritable dans ce pays. L’accession au pourvoir est important pour eux et seulement pour eux, à tous les niveaux de responsabilité du pays.

Posté par guizemo à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Une réalité constante depuis des années

Nos politiciens font de grand discourt sur la sécurité, la morale et la protection des citoyens. Aujourd’hui comme tous les jours des professionnels de la justice, de l’administration et des forces de l’ordre boivent avant et pendant leur service.
Faite vous votre propre opinion allez dans un tribunal, une administration, une gendarmerie ou un commissariat mais avant faites le tour des bistros.

Une personne fait une erreur cela touche quelques individus.

Une erreur faite par les politiques, l’administration ou la justice
touches des milliers voire des millions d’être humains.

Si le contrôle des citoyens est nécessaire
le contrôle des professionnels est impératif.

Ils ne sont plus digne d’une confiance aveugle.

Il n’y a pas d’obéissance sans respect.
On m’a toujours dit que le respect se mérite.

J’ai la haine des inégalités et des passe-droits des professionnels qui détruisent moralement et financièrement les citoyens. Ils n'ont même plus la notion des dommages qu'ils occasionnent. Ils jouent avec des vies, Ils parient sans cesse mais Ils oublient que l’on peut se révolter et Ils s'étonnent quand ça arrive.
Ce sont des autruches qui ne relève la tête qu’après un coup de pied au cul.

Art. 12. -La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Sachant qu’aujourd’hui les forces de l’ordre comptabilisent des points pour leur avancement, et donc leur salaire, au nombre de PV réalisés par mois, cela devient une situation inconstitutionnelle.

Je vous laisse méditer sur cette réalité qui privilégie encore une fois l’argent à l’être humain. Tant que le ministère des finances dirigera le pays il n’y aura pas de véritable droit de l’homme et des citoyens.

Posté par guizemo à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]